Salon de l’immobilier : une millassoise qui innove dans l’achat sur internet

La première édition du salon de l’immobilier de Perpignan s’est tenu ce week-end.

« Malgré les événements », le bilan de la 1ère édition du salon de l’immobilier de Perpignan est « très positif », concluent les organisateurs mais aussi les exposants très satisfaits d’avoir noué de nombreux contacts qualifiés et prometteurs.

Pour les achats sur internet, c’est bien connu, il est souvent difficile de trouver chaussure à son pied. Et quoi de plus délicat que l’achat d’un bien immobilier ?

Sur internet, les critères de recherche sont rarement respectés 

Patricia Cami, originaire de Millas, a peut-être une solution en main. « Il y a quelques années, je me suis mise à chercher sur internet une location pour mon fils, qui partait faire ses études à Pau. Je ne trouvais pas les critères qu’il nous fallait et ça m’a pris un temps fou ! » Lui vient alors, naturellement, l’idée de créer une plateforme internet pleinement dédiée à ce domaine. Un an et demi de travail, et son site internet est lancé en août 2018 : « Bobygo.fr ». Pour sa créatrice, « sur internet, il y a déjà la quantité en termes d’annonces immobilières, mais les critères de recherche sont trop peu nombreux et sont rarement respectés. Je fais justement du qualitatif ». Après une rapide inscription, le futur propriétaire ou locataire en recherche d’un toit, remplit un formulaire reprenant ses critères au détail près : type de cuisine avec superficie minimale, possibilité de chambre plain pied ou non, moyens de paiement possibles, type de menuiserie… etc. Enfin, cet affinage est agrémenté de « critères bonus et non obligatoires, comme le précise Patricia Cami, avec angle d’exposition, type de sol du bien immobilier, terrain clôturé ou non par exemple ».

Une fois le tout enregistré, l’algorithme recherche dans la liste des vendeurs inscrits sur le site web les résultats qui « matchent » : soit la proposition qui respecte au minimum 75 % des critères. « Je suis très satisfaite de ma création et de mon entreprise familiale : tous les jours, mes fils, tous deux ingénieurs web développeur s’occupent du site internet et apportent de nouvelles améliorations. Au salon de l’immobilier, les contacts ont été nombreux, tout comme l’intérêt des professionnels du secteur ».

Perpignan : La maison de demain fondée sur du polystyrène et du béton

Le salon de l’immobilier organisé par L’Indépendant est l’occasion de découvrir des nouveautés techniques.

Et si la maison de demain était capable de résister aux éléments pendant cent ans ? « Je ne peux pas le garantir mais j’en suis sûr!« , avance Yves Moreno l’oeil rieur. Cet exposant du salon de l’immobilier organisé par L’Indépendant avec Midi Events, propose une construction de bâti à la durée de vie considérablement rallongée. Car les profanes doivent savoir qu’une maison dite traditionnelle, donc construite avec des briques par exemple, subira bien souvent une baisse de performances quant à leur isolation thermique. Et donc, par extension, fragilisera la longévité de l’infrastructure de la maison.

« Barcelone veut construire des écoles sur ce modèle »

Mais un nouveau procédé de fabrication fondé sur un coulage de béton dans des blocs de polystyrène serait bien plus résistant aux intempéries et permettrait, ainsi, d’augmenter la durabilité du bâti.  « Ce concept de Maison Passive vient d’Allemagne. Il permet de faire de vraies économies de chauffage et d’électricité car l’isolation de la maison est renforcée« , assure Yves Moreno. Et le professionnel ne peut être que très convaincu du système qu’il propose puisqu’il vient de s’en servir pour construire son habitation. « Il faut comprendre que c’est aussi très résistant face aux intempéries. Cela ne bouge pas et ça résiste aux inondations. Et quand on voit le déchaînement des éléments aux états-Unis comme dans l’Aude… Enfin, il faut des méthodes de constructions robustes« .

La Maison Passive gagne du terrain dans les Pyrénées-Orientales. Des communes comme Maury et Maureillas auraient pour projet la création de lotissements regroupant des maisons écologiques. La Maison Passive de l’entreprise Passiv House Conception fait partie du dessein. « Nous avons également des contacts en Catalogne où nous allons construire des écoles sur ce modèle. Barcelone est notamment très demandeur« .

Cette société du Boulou jeune de trois ans seulement voit son concept séduire de nouveaux adeptes. Si le prix au mettre carré d’une Maison Passive atteint les 1300€ (comprenant les murs et diverses technologies thermiques), une dizaine d’habitation de ce genre est sortie de terre, cette année, dans les Pyrénées-Orientales.

Le salon de l’immobilier est à retrouver tout ce week-end de 10 heures à 18 heures au deuxième étage du palais des congrès à Perpignan. Entrée libre.

Perpignan : L’Indépendant construit les fondements du salon de l’immobilier

L’immobilier tient son salon au palais des congrès de Perpignan. Cette première édition de l’événement organisé par L’Indépendant a été inaugurée ce vendredi matin par Alain Baute, directeur du journal.

Tout ce week-end, une vingtaine de professionnels va mettre en avant les nouveautés de l’immobilier, de l’achat du terrain à la construction de la maison en passant par l’élaboration d’un plan financier.

Ce rendez-vous inédit n’en n’est pas pour autant impromptu. Le directeur de l’Indépendant Alain Baute a en effet confié que « ce salon a été longuement pensé. L’objectif est de faire de cette première édition à taille humaine le point d’ancrage d’une grande aventure. Nous, les journalistes nous braquons les projecteurs sur ce qui fait audience, une actualité souvent grise. Aujourd’hui nous les concentrons sur ceux qui gagnent et qui prennent des risques« .

A Perpignan, l’immobilier tient salon avec L’Indépendant

Où, quoi et comment acheter ou vendre un bien immoblier… De vendredi à dimanche, l’immobilier tient salon au Palais des congrès de Perpignan. Un plan idéal pour tous les bons… plans du secteur. L’entrée est gratuite.

Perpignan : Les cinq bonnes raisons de pousser les portes du salon de l’immobilier

L’Indépendant fait son salon de l’immobilier tout ce week-end au palais des congrès de Perpignan.

Primo-accédant, propriétaires aguerris ou simples curieux, le salon de l’immobilier organisé par L’Indépendant avec Midi Events ouvre ses portes à tous. Normal. Ce vendredi et tout ce week-end du 17 novembre, les professionnels du secteur comme Guy Hocquet, La FNAIM66, GGL, Nexity, ou encore Passiv House livrent leurs conseils pour mener à bien l’achat d’une vie. A l’attention des plus hésitants, voici cinq bonnes raisons de pousser les portes du salon de l’immobilier courant jusqu’à dimanche (18 novembre).

1. Le rassemblement de professionnels. 

Pour une première édition, le salon réussit tout de même à réunir les experts du vaste secteur de l’immobilier. Des premiers pas avec la découverte du terrain, du gros chantier de la construction jusqu’à la concrétisation avec l’élaboration d’un plan financier, les futurs propriétaires ont la possibilité de projeter toutes les étapes de leur dessein en un seul et même endroit.

2. Faire jouer la concurrence. 

Il est toujours conseillé de ne pas se fier à un seul professionnel avant de se lancer dans un chantier. En offrant sa vitrine à divers acteurs d’un même secteur, le salon de l’immobilier permet aux intéressés de comparer leurs tarifs ou compétences en un minimum de temps (puisqu’il suffit d’aller au stand suivant). Pratique.

3. Jouir de conseils d’experts.

Toutes les entreprises présentes sur le salon amènent, avec elles une armée de conseillers. Ils sont à l’écoute du client et formés pour s’adapter aux spécificités de chaque projet. Ces professionnels l’assurent, ils ne sont pas sur le site pour faire du chiffre à tout prix mais pour renseigner, au mieux, les futurs acquéreurs.

4. Une vitrine des savoir-faire locaux. 

Ce salon de l’immobilier permet également de se rendre compte des savoir-faire des entreprises des Pyrénées-Orientales. Elles sont nombreuses à se démarquer dans des domaines aussi spécifiques que l’immobilier de rapport ou l’aménagement foncier. Des firmes ayant une expertise forte dans les différents quartiers de la ville tout comme dans les communes du département.

5. La gratuité du salon. 

L’achat d’un bien immobilier est par définition un gros investissement. Alors, faire une économie, même modique de quelques euros c’est toujours bon à prendre.

Terrains à bâtir : pourquoi c’est le moment d’acheter dans les Pyrénées-Orientales

Dans un département des Pyrénées-Orientales où l’emprise foncière ne cesse de progresser du fait de l’étalement urbain, de la dynamique démographique et du recul des terres agricoles, c’est le type de bien immobilier qui a le vent en poupe.

Nîmes : l’immobilier tient salon au parc des expos

Le salon de l’immobilier, organisé par Midi Libre, se tient au parc des expos de Nîmes jusqu’à dimanche soir. 

Le salon de l’immobilier a ouvert ses portes ce vendredi au parc des expos de Nîmes. Il se tient jusqu’à dimanche soir (de 10 heures à 18 heures), et propose une offre très variée de logements.

Des nouveaux programmes sont commercialisés par les promoteurs à l’occasion du salon, tandis que les agents immobiliers proposent leur catalogue de logements existants, en ville, en périphérie, dans le neuf, dans l’ancien, la gamme nîmoise est large !

Nîmes : le pari vert du promoteur montpelliérain

Cyril Meynadier est le promoteur d’Opalia qui, à Montpellier, réalise l’Arbre blanc.

A Nîmes, il sort son premier projet, au Carreau de Lanes, les Roches blanches.

Les Roches blanches sont un programme de 60 villas et 124 logements en collectifs, en commercialisation au salon de l’immobilier, qui se poursuit ce dimanche, au parc des expositions de Nîmes (10 h à 18 heures).

Dans le secteur de Carreau de lanes, en pleine zone de garrigue, le promoteur Cyril Meynadier veut reconstituer la nature que les terrassements ont détruit.  » Nous essayons à chaque fois de nous différencier, soit par une signature architecturale forte, comme dans notre immeuble l’Arbre blanc, à Montpellier, soit, ici, par une intégration dans ce magnifique paysage de garrigue. Pour que les habitants aient le sentiment, dès deux ou trois ans après la construction, que la nature a repris ses droits, nous travaillons avec un paysagiste. » explique le promoteur.

Opalia a acheté des sujets aux pépinières de BRL, les plus proches de ce qui existait, qui seront plantés et replantés afin d’être déjà prêts à s’adapter au futur lotissement.

Un nouveau quartier nîmois verra le jour, révélateur d’un dynamisme qui ne demande qu’à s’exprimer selon le promoteur.

Nîmes : le sixième salon de l’immobilier a ouvert ses portes

Le sixième salon de l’immobilier organisé par Midi Libre a ouvert ses portes ce vendredi 12 octobre pour trois jours, au parc des expos de Nîmes.

Quarante professionnels du secteur sont présents répondant à toutes les questions des visiteurs. Plusieurs promoteurs locaux profitent du salon pour commercialiser de nouveaux programmes (dans l’eco quartier Hoche, en centre-ville à côté de la porte Auguste, en bord de périphérique etc.) Les agents immobiliers sont aussi sur place avec toute la diversité de leurs offres.

Un espace conseil est également proposé avec l’ordre des avocats.

Marie-Reine Delbos, adjointe à l’urbanisme à salué le dynamisme du marché nîmois. « Nous avons de grands projets qui sortent de terre », évoquant le nouveau PLU de la ville, révisé cet été.

 « Il y a beaucoup d’imagination et de créativité, notamment en ce qui concerne l’environnement », a noté Jacky Raymond, pour l’agglo de Nîmes Metropole.

Olivier Biscaye, rédacteur en chef de Midi Libre, tout comme Jean-Claude Poizat, directeur de l’Agence (Midimedias), ont redit le souci du groupe d’être « au plus près des acteurs de l’économie locale ».

Nîmes : un Salon de l’immobilier et un marché dynamique

Au Parc Expo du vendredi 13 octobre jusqu’à dimanche 15 octobre, tout pour réaliser son projet immobilier.

Ce vendredi, s’ouvre pour trois jours le Salon de l’immobilier au parc des expositions. L’occasion de dresser un état des lieux du marché nîmois avec Romain Tissot, vice-président départemental de la Fnaim.

Quelle est la tendance actuelle du marché de l’immobilier à Nîmes ?

Nous sommes sur une année 2017 positive. Nous enregistrons 15 % de transactions supplémentaires au regard de 2016. Ce qui est plutôt rassurant.

Cela peut aussi vouloir dire que l’année 2016 n’avait pas été bonne…

Comme toute année précédant des élections, le premier semestre de 2016 avait été freiné par l’incertitude. Les gens semblent attendre les résultats d’une élection pour s’engager dans une transaction. Mais déjà lors du second semestre de 2016, on sentait un frémissement. Il se confirme en deuxième partie de 2017. On surfe sur une bonne dynamique avec une démographie grimpante, une demande toujours constante sur le secteur nîmois et des taux d’intérêt qui restent très attractifs.

Quel est le prix moyen du mètre carré à Nîmes ?

Si nous faisons sérieusement notre travail, il n’est pas possible de répondre de façon pertinente à cette question. À Nîmes, comme ailleurs, il n’y a pas un marché mais des marchés. Chaque quartier à sa particularité. On peut être à 500 €/m2 dans certains secteurs et à 2 500 €/m2 dans d’autres. Le prix dans l’Écusson n’est pas celui du Mas de mingue. C’est tout le travail des professionnels de l’immobilier dignes de ce nom : fournir une estimation précise d’un bien en prenant en compte toutes ses caractéristiques. Dans un même immeuble, deux appartements peuvent avoir des prix de vente bien différents, alors parler d’un prix moyen pour l’ensemble d’une ville n’a pas trop de sens, à mon avis.

Actuellement, existe-t-il des secteurs en plein “boom” à Nîmes ?

Il ne s’agit pas d’un “boom” mais d’un effet de niche très précis sur le secteur Nord-Garrigues où une modification du PLU va rendre certains terrains non-constructibles dans peu de temps. Leur prix chute donc sérieusement pour qu’ils soient vendus tant qu’ils sont constructibles. On a des parcelles de 3 000 m² à 140 000 €. Elles en valaient 250 000 €, il y a peu !

Des affaires ?

Ce sont des transactions qu’il faut border juridiquement pour être sûr que le terrain acheté est bien constructible.

Comment en obtenir la garantie ?

Pour s’assurer qu’un terrain est constructible, il faut soit qu’un permis de construire ait déjà été accordé soit demander un certificat d’urbanisme professionnel qui fige la “constructibilité” du terrain sur trois ans. Bref, mieux vaut être accompagné d’un professionnel de l’immobilier !

# Le programme : les 13, 14 et 15 octobre. Au parc des expositions  de Nîmes. Entrée gratuite. Vendredi et samedi, de 10 h à 19 h. Dimanche, de 10 h à 18 h. L’inauguration du salon aura lieu ce vendredi à 11 h 30.